· 

L'Impression 3D au service de l'éducation... sexuelle

Mme DESVAUX a fait appel à 3D&G pour un projet éducatif autour... du clitoris !

 

D'où est venu l'idée de ce projet ?

 L'idée de ce projet viens d'une émission et d'un article de journal avec Odile Fillod, chercheuse française indépendante, également auteure d’un blog de vulgarisation scientifique, qui veut en faire un outil d’éducation sexuelle, et familiariser les élèves avec le clitoris entre autres.

Si l’on en croit un rapport sur l’éducation sexuelle remis en juin 2016, par le Haut Conseil à l’égalité (HCE), un quart des filles de 15 ans ne savent pas qu’elles ont un clitoris, et 83 % des collégiennes de 4ème et de 3éme ignorent sa fonction.



Pourquoi avoir pensé à la fabrication additive pour ce projet ?

 Le modèle, libre de droit, est téléchargeable en ligne, pour que n’importe qui ayant accès une imprimante 3D, professeurs et éducateurs sexuels en tête, puisse fabriquer son propre exemplaire. L’impression peut aussi se faire dans un Fab Lab, un espace qui met à disposition des imprimantes 3D ou en ligne. Le premier modèle a lui-même été réalisé par le soutien du Carrefour Numérique de la Cité des sciences. Conçu sur un logiciel libre, il a été un peu stylisé, l’organe étant évidemment « moins régulier, moins symétrique, moins joli en vrai ».  Mais c'est fantastique d'avoir créé cet outil. (Tiré de l'article de Juliette Deborde — 31 août 2016 dans le journal Libération). 

J'anime au collège des actions d'éducation à la santé, questions de filles et de garçons de la 6ème à la 3éme.

Je voulais pouvoir montrer aux élèves ce qu'on ne voit que sur image. La mise en place par le site "Matilda" pour l'égalité des sexes, d'information pour l'éducation à la sexualité, m'a conforté dans mon projet. Visualiser cet organe, me semble essentiel et plus parlant. Depuis plus d'un an, je cherchais une solution pas trop onéreuse pour ce projet, n'ayant pas d'imprimante 3D dans mon établissement.

La société 3D&G m'a proposé de faire ce clitoris dans leurs locaux, sur leur site de Colombelles. Ils m'ont fait visiter leur local, et donné les diverses possibilités de créer des outils performants avec des options diverses. J'ai évoqué mon projet auprès de mon chef d'établissement, qui m'a donné son accord.



A la vue du résultat, estimez-vous que la fabrication additive soit une solution efficace pour ce projet ?

L'impression 3D permet de visualiser le clitoris. Les matières ont plusieurs options de qualité, rapidité d’exécution. Cet outil pourrait permettre d'autres projets en SVT, techno, Physiques, maths, et d’éducation à la santé pour des supports de travail, mais aussi de programmation informatique.



Estimez-vous que ce projet soit réussi et si oui, pensez-vous faire appel à cette technologie à nouveau ?

Le résultat obtenu par l'imprimante 3D est plus que réussi. De taille réelle, il permet d'aborder de manière concrète le clitoris avec les élèves. Beaucoup plus parlant qu'une image. C'est une réussite totale. Il me reste à personnaliser avec un peu de couleur. 

  J'aimerai pouvoir visualiser une verge comparative au clitoris qui sont à la base, in-utero, identiques pour bien expliquer aux élèves les similitudes homme femme. Mais là je n'ai pas l'aide d'Odile Fillod pour la programmation informatique.

Cet outil permet d'expliquer facilement une anatomie qui reste inconnue, voir tabou et de répondre aux questions.  On peut regarder, toucher sans crainte, ce qui est important pour les élèves.

J'aimerai pouvoir renouveler ce projet auprès des enseignants et des élèves, et les faire aussi participer. La 3D peut également leur montrer de nouvelles perspectives professionnelles.

J'espère que le collège prendra contact avec 3D&G pour envisager des projets futurs.

Je tenais à remercier toute l'équipe de la société 3D&G, pour leur accueil chaleureux, sans qui je n'aurai pas pu réaliser ce projet qui me tenais à cœur depuis plus d'un an.



Extraits d'un entretien réalisé avec Mme DESVAUX Virgine, infirmière scolaire au Collège Montgomeri à Troarn.

 

Avec tous nos remerciements pour le temps consacré à cet article.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0